Sénégal-Kédougou: Première réunion de coordination décentralisée de l’Inspection d’Académie à Saraya

 

Par Aïcha SALL (Actu24, KEDOUGOU)

 A l’instar des autres Inspections de l’Education et de la Formation (IEF) de Kédougou ce samedi 29 octobre l’IEF de Saraya a reçu la délégation de l’IA de Kédougou pour la première réunion de coordination décentralisée de l’année scolaire 2016 2017. Une rencontre qui donne aux acteurs de l’éducation l’opportunité d’échanger autour des questions de la rentrée scolaire mais aussi l’occasion de partager sur les orientations, les objectifs et les priorités de 2016-2017.

Comme pour dire qu’il ne peut pas exister de politique éducative cohérente sans une harmonisation des approches et une parfaite compréhension de la vision et des stratégies par les acteurs à tous les échelons de la chaine. Dans ce sillage de déconcentration et de la décentralisation de l’éducation, l’IA s’est rendue dans le département de Saraya pour débattre autour de la question de la gestion et du pilotage de l’éducation au niveau de ce département. La délégation de l’IA était composée  du Secrétaire Général de l’IA, de l’Inspecteur Sylla en charge de la Vie scolaire, et du responsable du bureau enseignement moyen secondaire et général. Nous sommes au foyer des jeunes de Saraya. Sur place, on trouve l’Inspecteur de l’éducation et de la formation de Saraya, Thiam, les Inspecteurs Ndongo, Diop et Diatta ainsi que les chefs de bureau de la dite structure mais également les acteurs clés du système éducatif local que sont les chefs d’établissements et les Directeurs d’écoles. L’Inspecteur de l’éducation et de la formation (IEF) de Saraya Hassamiou Thiam a ouvert la séance en presentant le rapport de la tournée de 3 jours qu’il a effectuée dans la zone avec quelques autorités de la place .Assure-t-il, «on a sillonné 34 établissements et on a eu une réelle  satisfaction ». Ce résultat selon lui est le fruit d’une bonne politique de communication mise en place depuis le mois de septembre, d’une forte mobilisation sociale ainsi que d’un système de pilotage très rigoureux. L’inspecteur affirme que  faire du concept «UBI TEY JANG TEY» une réalité est «une optimisation du quantum horaire». En ce sens, il ajoute que ceci peut compenser les heures perdues à cause des mouvements d’humeur du personnel enseignant que l’on note presque chaque année. Les enseignants de leur côté se sont réjouis de la visite de l’inspecteur dans les écoles pour s’assurer de l’effectivité du démarrage des cours. L’Inspecteur Sylla abondant dans le même a salué l’engagement de l’IEF dans le contrôle de la présence des enseignants à la rentrée. Il précise que « un rôle ça s’assume». Il fait encore savoir à l’assistance que le concept «ubi Tey jang Tey»  c’est juste pour que l’on puisse sécuriser le quantum horaire. Même si le taux de présence a été satisfaisant à Saraya, l’Inspecteur THIAM souligne que « ceux qui ont tardé à rejoindre leur poste ou qui prolongent toujours leurs grandes vacances devront s’expliquer au niveau de leurs supérieurs et risquent d’avoir des ponctions sur leur salaire».Car dit-il «quand le ministre donne des directives, nous nous devons de les appliquer à la lettre, comme des « baye fall», en signant l’engagement d’enseigner ,c’est une partie de notre liberté que l’on a donné à l’état». Suite à ces propos, les intervenants  ont souligné qu’il faut tenir compte de la particularité de Saraya: savoir que les élèves sont presque la main d’œuvre des champs de leurs familles et qu’avec la pluie l’accès à certains villages est presque impossible. En outre si réellement on veut que ce concept «ubi Tey jang Tey» se concrétise à 100°/°. Il faut une dotation en matériels notamment en tables bancs. En effet  les besoins en  tables-bancs persistent car elles  disparaissent pendant les grandes vacances, emportées par les villageois. Dans sa réponse, l’IEF Thiam dira que le ministre de l’éducation, lors d’un séminaire à Saly sur ce concept, a dit que «même avec 3 élèves dans un collège on peut démarrer les cours ». Avant de clore le débat les Chefs d’établissements se sont plaints de la lenteur de leurs dossiers d’intégration au niveau du ministère de l’éducation, de l’insécurité du milieu à laquelle ils sont exposés avec la recrudescence des braquages dans la zone. Ils sont aussi revenus sur  la question de l’Inspection Médicale des Elèves(IME) basée à Kédougou, qu’ils jugent  très éloignée pour qu’ils puissent y acheminer un élève malade. La question des élèves non-inscrits à l’état civil a été également abordée. Sur cette même lancée, selon le responsable du bureau des examens et concours de cet IEF leurs candidates pour le concours de l’école Mariama BA ont été rejetées à cause des jugements.

Cette réunion de coordination a permis aux acteurs de l’éducation de la zone de Saraya de se prononcer sur les questions essentielles liées à leur mission, sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour réussir cette nouvelle année scolaire qui s’annonce bien à Saraya avec le respect du concept «ubi Tey jang Tey».

Photos: 

Commentaires