Kabiné Komara: «L'OMVS cité en exemple dans le monde entier»

 

Par Ibrahima DIA

Ce lundi 28 novembre 2016 s'est ouverte au siège de l'OMVS à Dakar, une rencontre du projet SITWA qui signifie en français, renforcement des institutions de gestion des eaux transfrontalières en Afrique. Cette réunion est une occasion pour ce projet financé par l'Union Européenne mis en œuvre par l'OMVS et par le partenariat mondial pour l'eau (GWPO) d'examiner l'état d'avancement des actions menées depuis 2012.

«La diplomatie sénégalaise sous la houlette du Président Macky Sall a proposé le modèle OMVS, au système des Nations Unies comme un modèle réussi en matière de gestions des eaux transfrontalières.» Tels sont les propos de M. Kabiné Komara en ouvrant la réunion du comité de pilotage du projet SITWA tenue à drakkar ce lundi 28 novembre au siège de l'organisation à Dakar.

Il poursuit en affirmant le problème de l'eau est un enjeu planétaire et qu'il doit être un vecteur de paix, de stabilité, de bon voisinage et non une source de conflits. Il cite l'exemple de l'Asie du sud est qui a connu une sécheresse sans précédente ayant des conséquences jusqu'en Afrique de l'Ouest qui avait du mal à s'approvisionner  en riz. Si le modèle d'intégration de l'OMVS avait été appliqué la bas, il n'en serait pas à ce stade.

C'est dans et esprit d'éviter la rareté de la ressource que 23 bassins d'Afrique se sont concertés pour créer le RAOB (Réseau Africain des Organisations des Bassins) afin de mutualiser leurs efforts et de relever les défis. Pour terminer M. Komara a invité les participants à cette rencontre à partager leurs connaissances et à œuvrer pour la mise en application de ces dites connaissances avec les décideurs au sein des institutions et organismes.

Le représentant de l'Union Européenne assuré aux participants l'appui de son organisation qui va améliorer la coopération régionale pour la gestion durable des ressources en eaux transfrontalières en Afrique, en misant sur le renforcement programmatique et institutionnel du Réseau africain des organisations de bassin avec le Partenariat Mondial de l'eau.  

Pour sa part Mme Judith Enaw présidente du RAOB pense qu'il existe une urgente nécessité de mettre en œuvre des stratégies concertées et opérationnelles dans les bassins, en vue d'apporter des réponses appropriées aux préoccupations des populations dans la mise en valeur des ressources de leur terroir et de contribuer à réduire la pauvreté, de même que les intenses flux migratoires actuellement observés sur les plans internes et externes. Pour terminer elle plaide pour le renouvellement sans délai des appuis au réseau. 

Commentaires