Corruption d’agent de sécurité: Le policier incrimine fixe sur son sort jeudi

 

 

 

Le policier A. D poursuivi pour corruption passive sera fixé sur son sort le jeudi prochain. Enrôlée hier, mardi 16 août, l’affaire a été jugée par le tribunal des flagrants délits de Dakar. Le procureur a requis une amende de 50.000 f Cfa et une peine d’emprisonnement d’un an dont 4 mois ferme.  

 

A D, l’agent de police poursuivi pour corruption passive sera édifié sur son sort, jeudi 18 août prochain. Le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar, en charge du traitement judiciaire de cette affaire, en a décidé ainsi hier, mardi 16 août, au terme de son procès. Auparavant le procureur de la République avait demandé une peine d’un an dont 4 mois ferme contre le policier. A B G, une jeune dame, ingénieur civil poursuit dans cette affaire elle aussi, saura la décision prise par la justice à son encontre, jeudi prochain.  Les délits retenus contre elle sont : corruption active, collecte et diffusion de données à caractère personnel. 

 

A D, l’agent de sécurité impliqué dans une affaire de corruption a retenu toute l’attention de la salle 1 du tribunal Lat Dior où s’est tenu le procès.  De tous les prévenus qui attendaient dans le box des accusés, il a été le plus ciblé. Et ce n’est qu’en début d’après-midi qu’il a comparu à côté de l’une des filles incriminée par l’enquête. L’autre protagoniste de la vidéo étant en voyage. A la barre, A D a reconnu les faits qui lui sont reprochés.  Il soutient avoir été victime de la familiarité qui s’est nouée entre lui et les filles auteurs de la vidéo lors du contrôle. 

 

Les faits ont eu lieu, le 20 juillet dernier.  C’était à l’occasion d’une arrestation pour usage du téléphone au volant.  A B G quant à elle, a nié avoir posté la vidéo sur la toile. Elle soutient ne l’avoir reçu sur son téléphone, encore moins partagé sur sa page facebook. La vidéo incriminant A D a été prise par sa collègue partie en voyage, dit-elle. 

 

L’image du Sénégal ternie

 

Dans son réquisitoire, le procureur s’est désolé de la diffusion de la vidéo sur internet. Pour lui, si les filles étaient poussées par une volonté de dénoncer l’attitude du policier, elles pouvaient procéder autrement. A son avis, elles pouvaient saisir la hiérarchie policière ou bien le tribunal. En postant la vidéo ce n’est simplement pas l’image d’A. D qui est jetée en pâture, mais celle de toute la corporation policière et du Sénégal. Par ailleurs, revenant sur le cas du policier qui soutient avoir fait 18 ans de service, le procureur a demandé la clémence du tribunal.  

 

Pour lui, le policier a déjà été corrigé par la tournure des événements.  Et, il reste convaincu que l’homme de tenue ne se laissera plus  corrompre La défense d’A.D s’est engagée dans la même mouvance en soutenant que son client qui regrette son acte, a assez souffert et au-delà de sa personne, le tribunal devra être clément à cause de sa famille.  Les conseils de la dame S. B G ont demandé simplement la relaxe de leur cliente. Pour eux, le délit de complicité de corruption n’est pas pris en compte dans le code pénal. Mieux, la dame n’est que victime de sa présence dans la voiture au moment des faits. Elle est au mauvais endroit au mauvais moment, disent-ils.  

Commentaires