Conflit en Casamance: La déclaration de Cheikh Yérim Seck irrite les populations de la partie sud du pays

 

Par Samsidine NIASSY (Actu24, ZIGUINCHOR)

Depuis quelques jours, un certains Cheikh Yérim Seck connu de tous les Sénégalais, fait des sorties dans la presse pour demander à l’Etat du Sénégal de faire une guerre totale dans cette partie sud du pays.

C’est le sentiment constaté par certaines personnes rencontrées dans les rues de la capitale sud du pays après la malheureuse sortie de Mr Seck sur le conflit en Casamance. Selon Daouda Sambou transporteur de son état, ceux qui se disent connaisseurs du conflit casamançais ont le devoir et l’obligation de dire la vérité rien que la vérité. Les propos de ce «mini» journaliste ne plaident pas pour la paix en Casamance tant souhaitée par les populations, des personnes comme lui doivent être réduites au silence. Pour revenir à ses propos, voilà quelqu’un qui ne connais pas la Casamance, même si il est souvent dans les Hôtels de Ziguinchor. Ce dernier ne connaît même pas le plus petit village abandonné par ses populations d’où, la fermeture de sa bouche par les décideurs au plus haut niveau de l’Etat. Nous populations de la région naturelle de la Casamance, avons le sentiment que certains journalistes voir même des soit disant expert du conflit, ont contribué à la dégradation de la situation de par leurs écrits et certains propos tenus dans les différentes radios de la place. Et il y’a lieu de dire à ce monsieur de la fermer car, cette Casamance ne va pas être mise à terre par des personnes sorties de nul part pour donner des leçons à qui se soit. La guerre totale qu’il demande à l’Etat du Sénégal contre le mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) ne doit pas être une solution de paix car voilà quelqu’un qui ne mesure pas la gravité de ses propos.

Une guerre déclenchée est synonyme de morts de plusieurs personnes innocentes voir le déplacement massif des populations vers d’autres horizons. Alors pour conclure, je dirais à ce monsieur de bien tenir sa langue dans sa bouche pour une paix durable en Casamance.

      

Commentaires