Diourbel-Dr Bala Mbacké Mboup médecin chef de la région médicale: «Il y’a à Diourbel un déficit de ressources humaines qualifiées pour prendre en charge les questions de santé»

 

Par Lauris GOMIS (Actu24, DIOURBEL)

En marge de l’atelier de formation en santé de la reproduction destiné aux journalistes de la région, Dr Mame Bala Mboup, médecin chef de la région médicale de Diourbel, après avoir positivement apprécié cette rencontre qui, est-il convaincu, est une belle initiative qui rencontre leur volonté de mener un partenariat avec la presse, en tant que relais, pour véhiculer les problèmes de santé de la reproduction auxquels ils sont confrontés dans la région, a déploré le déficit de ressources humaines qualifiées pour prendre en charge les question de santé dans la région.

Dr Mame Balla Mbacké Mboup, médecin chef de la région médicale de Diourbel qui s’exprimait en marge de l’atelier destiné aux journalistes de la région consacré à la santé de la reproduction, a mis l’accent sur le fait que la région n’a pas encore suffisamment d’infrastructures pour pouvoir adresser toutes les questions de santé de la reproduction et de santé de façon globale et a déploré, aussi,  le déficit de ressources humaines qualifiées pour prendre en charge les questions de santé dans la région. Des indicateurs très faibles, a-t-il mentionné, comme la consultation prénatale qui est l’une des stratégies qui permet de minimiser la mortalité maternelle, montrent qu’ils sont à 34% seulement des femmes qui font les visites régulières et la planification familiales n’en parlons s’est-il plaint, avec les taux de couvertures les plus faibles, 7% seulement.

Ce qu’il faut pour cette région en matières d’infrastructures, a-t-il souhaité, c’est d’augmenter le nombre de postes de santé, augmenter le nombre de centres de santé, le nombre des hôpitaux, les blocs opératoires, augmenter aussi les ambulances et pour cela, s’est-il réjoui, madame la ministre de la santé, Ewa Marie Khole, a fait un effort dans ce sens en octroyant, récemment, 12 ambulances médicalisées à la région. Aussi, des postes de santé, a-t-il fait savoir, ont été érigés, tout récemment, en centres de santé. Tout cela, a-t-il estimé, participe au relèvement du plateau technique de la région d’une façon globale parce que, à court termes, a-t-il espéré, on pourra voir une partie des questions de santé de la région, résolue.

Concernant les infrastructures sanitaires sans personnels qualifiés, il expliquera qu’il ne s’agit pas seulement de créer mais il faut mettre ce qu’il faut pour faire fonctionner et est certain que le ministère est conscient de cela et mettra ce qu’il faut car, a-t-il soutenu, s’ils ont pris la décision de le faire, c’est pour aller jusqu’au bout.

Commentaires