Vote de la loi sur le parrainage: "Macky a violé trois fois la Constitution", selon Idrissa Seck

Le président de Rewmi, Idrissa Seck, taxe le Président Macky Sall de «triple violeur de la Constitution». Il réagissait à l’adoption par l’Assemblée nationale hier, jeudi 19 avril, du projet de loi instaurant le parrainage aux élections.

«Notre Constitution prescrit que la forme républicaine de l’État, le mode d’élection, la durée et le nombre de mandats du Président ne peuvent faire l’objet de révision. Donc ce sont là deux violations», énumère Idrissa Seck dans un enregistrement audio, repris par Voxpopuli, depuis le commissariat du Plateau où il est placé en garde à vue suite à son arrestation hier, alors qu’il marchait contre le parrainage.

Le président du Conseil départemental de Thiès de poursuivre : «La troisième violation, c’est la violation de notre droit à la marche que la Constitution garantit. Ce qui me fait dire que (Macky Sall) est un triple violeur constitution.»

Idrissa Seck compte faire front. Il appelle à une mobilisation contre la réforme des règles du jeu électoral, qui est en marche.

Il dit : «Notre République s’est effondrée. Nous ne pouvons plus recourir ni au pouvoir législatif ni au pouvoir judiciaire. Ils se sont prosternés devant le pouvoir exécutif. En conséquence, je demande à tous les leaders de l’opposition et ceux de la Société civile, comme un seul homme, que nous puissions prendre une initiative en direction de la Cedeao pour attaquer cette loi. Je donnerai les modalités et l’angle d’attaque qu’il faudra adopter.»

Commentaires