Philippines: L’armée s’allie avec une ancienne rébellion contre les jihadistes

 

L'armée philippine a annoncé une alliance avec ses anciens ennemis de la rébellion musulmane pour tenter de mater un groupe jihadiste qui a pris les armes dans le sud de l'archipel.

Les forces de sécurité sont engagées sur plusieurs fronts sur l'île de Mindanao, dans le sud des Philippines, contre des mouvements islamistes. Elles luttent notamment toujours dans la grande ville de Marawi contre des jihadistes se réclamant du groupe Etat islamique qui y sont retranchés depuis fin mai.

L'armée est également confrontée, au sud de Marawi, dans les environs de la localité de Datu Salibo, à une soixantaine de combattants emmenés par Esmael Abdulmalik, alias Abu Turaifi. Cet ancien leader de la guérilla du Front Moro islamique de libération (Milf) dirige désormais le Jama'at al-Muhajirin wa al-Ansar bi al-Filibin (JMAF), une faction dissidente à l'idéologie proche de celle du groupe Etat islamique.

Le Milf, qui compte 10 000 combattants, est le principal groupe rebelle musulman des Philippines avec lequel le gouvernement a lancé des négociations de paix. Cette rébellion a fait 100 000 morts selon le gouvernement philippin.

En dépit de l'accord de paix de 2014, le Milf n'a toujours pas désarmé. Il attend auparavant le vote d'une loi censée reconnaître une autonomie aux zones musulmanes de l'archipel à majorité catholique. Plusieurs factions continuent de se battre, capitalisant sur la frustration grandissante face à la lenteur du processus de paix.

Accord avec le Milf

L'armée a annoncé avoir uni ses forces avec le Milf contre le groupe d'Abu Turaifi qui a profité du fait que les forces philippines se concentraient sur Marawi pour se renforcer et lancer des attaques début août.

L'alliance avec le Milf prévoit notamment de « lui fournir un soutien indirect, et même un soutien aérien », a déclaré mercredi à l'AFP le général Arnel dela Vega. Il a relevé que les militaires ne fusionneraient pas avec les groupes combattants du Milf car ils ont « des tactiques opérationnelles et des procédures différentes ».

Un accord gagnant-gagnant

Cette alliance entre l’armée gouvernementale et l'ancienne rébellion séparatiste musulmane est à fort enjeu pour les deux parties. Si pour Manille, elle vise essentiellement à combattre tous ceux qui ont rallié le groupe EI, pour le Milf, elle est l’espoir d’accéder un jour à une plus grande autonomie.

Voir l'armée gouvernementale s'unir à d'anciens rebelles qu'elle a longtemps combattus, jusqu'ici l'idée était impensable, après plus d'un demi-siècle de l'une des guérillas les plus longues et les plus meurtrières d'Asie du sud-est.

Mais face à la menace terroriste internationale, cette ligue inédite entre ennemis d'hier est aujourd'hui présentée comme la nouvelle tactique pour tenter de débarrasser le sud des Philippines de tous les groupes islamistes.

Officiellement les soldats gouvernementaux et les hommes du Milf ne combattent pas côte à côte, mais se coordonnent. Principale force séparatiste musulmane, le Milf n'a jamais désarmé, malgré l'accord de paix signé en 2014.

Le Milf redoute que les factions les moins favorables à la paix de son mouvement ne rallient à leur tour l'organisation Etat islamique. Pour cette raison, le Milf conditionne son alliance inédite avec l'armée à la prochaine présentation d'une nouvelle loi censée permettre aux musulmans du sud des Philippines d'accéder à une plus grande autonomie.

Commentaires