Sénégal-Lancement de la revue annuelle conjointe 2017: L’endettement du pays est soutenable avec une inflation faible de 1%

 

Par Ndeye Khady MB GOUDIABY

Bien que le Sénégal est caractérisé comme un pays à risque de surendettement, le ministre de l’économie, des finances et du plan, Amadou Ba, rassure, l’endettement du Sénégal est soutenable.

Pour le chargé de l’économie sénégalaise, la dette reste soutenable pour le Sénégal dans la mesure où l’inflation est faible sous la barre des 1%. Pour lui, sur les 1% est le déficit du compte courant qui s’est nettement amélioré sous l’effet du dynamisme des exportations du niveau favorable des cours internationales et de la politique du gouvernement qui a permis d’accroître la production de riz, d’oignon et de la pomme de terre. C’était ce jeudi 23 février 2017 lors de la revue annuelle conjointe de la politique économique et sociale. Toujours selon le ministre de l’économie, des finances et du plan, au plan macro, les premières estimations de croissance indiquent une consolidation avec 6, 7% en 2016 soit 6,5% en 2015 et 4,3% en 2014. Ce raffermissement de la croissance, pour lui, émane du dynamisme du secteur secondaire et tertiaire. Par ailleurs, au plan des finances publiques, il dira que le déficit budgétaire a été ramené à 4,2% en 2016 alors qu’il était 6,7% en 2011. Et ceci à la faveur de la bonne tenue des recettes combinées à la politique de rationalisation des dépenses notamment de fonctionnement. En revenant sur la revue annuelle conjointe RAC, le ministre met à niveau deux engagements majeures à savoir, l’application des principes de la déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide et de l’accord de partenariat de Busan autour des principes de transparence et de redevabilité mutuelle et la promotion de la gestion axée sur les résultats de développement GAR. Pour lui, ces revues sectorielles sont des moments forts dans le suivi de la mise en œuvre des politiques publiques dans la mesure où elles permettent de dresser un bilan synthétique des réalisations, d’analyser les performances enregistrées au regard de l’évolution des indicateurs, et aussi de proposer des mesures correctives nécessaires pour lever les contraintes et ouvrir la voie à des perspectives meilleurs, pour la mise en œuvre satisfaisante du plan Sénégal émergent et l’amélioration de la qualité de vie des populations. Ces résultats selon lui devront éclairer l’exercice de programmation budgétaire des secteurs et sous-secteurs puis s’inscrire dans le cadrage budgétaire pluriannuel des dépenses de l’Etat. Il devra aussi permettre d’apprécier l’efficacité et l’efficience de la dépense publique et de générer des informations précieuses pour la prise de décisions.

Par ailleurs, les partenaires techniques et financiers invitent le gouvernement à partager le nouveau plan d’action budgétisé avec les membres du G12. A cet effet, ils suggèrent au gouvernement de faire évoluer le rapport du PSE d’un rapport d’état d’avancement à un rapport de rendement afin de mettre en avant l’impact final et concret des mesures dudit plan qui sont mises en œuvre.

Commentaires