Sénégal-Ahmadou Aly Mbaye, professeur d’économie à la Faseg: «On comprend les mécanismes par lesquels les pays quittent l’état d’extrême pauvreté»

 

Par Abdoulaye NDIAYE

Le Consortium sur la recherche économique en Afrique a tenu, hier, son second «Side Events» sur la mécanique de la transformation structurelle afin de permettre les pays africains de tendre vers l’émergence.

C’est avec beaucoup d’espoir que les économistes africains restent convaincus les pays africains peuvent sortir de l’extrême pauvreté que vivent leurs populations. «On comprend de plus en plus les mécanismes par lesquels les pays quittent l’état d’extrême pauvreté à un état d’opulence», souligne Ahmadou Aly Mbaye, professeur d’économie à la Faculté des sciences économiques et de gestions (Faseg) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). Et c’est par une mécanique de transformation structurelle que les pays africains comptent suivre la traversée d’un pays pauvre à celui émergent comme ce fut le cas avec les pays asiatiques dont la Chine et l’Inde. Les assises du Consortium sur la recherche économique en Afrique regroupent des économistes des pays développés, émergents et pauvres pour échanger sur leurs expériences, résultats et développer leurs synergies en matière de recherche. Ce qui doit permettre de jeter des regards croisés sur les expériences pays en matière d’analyse sur la transformation structurelle des économies. «Les pays suivent une certaine trajectoire pour partir de l’état de pauvreté à l’état de l’opulence. Il y a des étapes standard assez bien identifiées et comprises par les chercheurs par lesquels les différents pays développés et émergents sont passés», explique  Ahmadou Aly Mbaye. Auparavant, les économistes des pays africains n’ont pas croisés les bras et laissé les autres réfléchir à leurs places pour trouver les voies et moyens de faire sortir leurs pays à l’état de vulnérabilité. «Nous avons mené beaucoup de recherches pour comprendre la difficulté, les obstacles qui empêchent les pays africains d’accéder à ces étapes d’émergences. On a généré suffisamment d’évidences pour comprendre comment cette mécanique fonctionne», précise Pr A. Mbaye.

Toutefois, «Les défis sont énormes, les connaissances ont beaucoup progressées dans tous les domaines mais également dans le pilotage de l’économie», dit-il.

Commentaires