Le réseau des acteurs socioculturels du Sénégal (RASCS): En conclave dans la région méridionale du pays

 

Par Samsidine NIASSY (Actu24, ZIGUINCHOR)

En vue de contribuer à la mise en œuvre de la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, notamment de l’objectif pour tous les pays de «produire, diffuser et de distribuer leurs propres expressions culturelles» le réseau des acteurs socioculturels du Sénégal (RASCS) et son partenaire le cabinet culturel MT(3C-mt) organisent un séminaire atelier de renforcement des capacités de protection, promotion et diffusion des expressions culturelles minoritaires transfrontalières sous régionales.

Les centres culturels régionaux, des organisations professionnelles de la culture managers et dirigeants de formations artistiques des régions frontalières de Tambacounda, Kédougou, Kolda, Sédhiou et Ziguinchor ainsi que la Gambie, la Guinée-Bissau, Guinée et le Mali sont en conclave de quatre jours dans la région méridionale du pays pour mieux vulgariser leurs arts et qui selon le directeur du Centre Culturel de Ziguinchor Mr Diouf, est en perditions, c’est pour cette raison que plusieurs modules seront introduis par d’imminents hommes de cultures. Les objectifs et principes référés sont, comme on le sait, notamment ceux de «créer les conditions permettant aux cultures de s’épanouir et interagir librement de manière à s’enrichir mutuellement» et d’assurer «l’égale dignité et (le) respect de toutes les cultures y compris celles des personnes appartenant aux minorités et celles des peuples autochtones». Cet atelier sera animé par des professionnels de hauts niveaux et nous avons comme ambition d’apporter une formation ou un perfectionnement de qualité à des professionnels et autres opérateurs culturels.

Il s’agira surtout de développer leurs connaissances et leur capacité de recherche en vue de l’exploitation mais aussi de l’évaluation critique de l’environnement institutionnel, juridique, financier, des industries cultuelles Sénégalaises et de celles des pays frontaliers.

Commentaires