Sénégal-Lettre ouverte au Président de la République sur la situation des prisons (Par Souleymane Soumaré)

 

Monsieur le Président de la République,

Il est des moments dans la vie d’une nation où le devoir patriotique de participer à la vie citoyenne et politique se manifeste au-delà des clivages partisans et/ou idéologiques. Surtout quand le temps ne peut servir de balance face à l’urgence de certaines situations. Il en est ainsi de la situation qui prévaut dans les prisons, particulièrement dans celles de Dakar.

Monsieur le Président de la République, mes différentes visites dans ces établissements m’ont fait comprendre que la situation des prisons est devenue une menace pour la sécurité nationale.

Le cas de «Reubeuss», seul, devrait suffire à étayer mes propos.

Sans évoquer la négation de la condition humaine que reflète l’exiguïté des cellules, la sécurité dans cette prison est quasiment absente.

Nous y avons une population carcérale de plus de 2000 individus, en plein cœur de Dakar. Et paradoxalement, sans m’attarder sur le nombre insuffisant de gardes, les équipements et les infrastructures sont tels que seule la gestion psychologique permet encore d’éviter à notre pays une catastrophe.

Mais nous devons, de façon prospective, reconnaître que les conditions de détention sont d’un dégout moral et physique tel qu’à un certain niveau de pression, le risque de périr dans une ultime tentative d’insurrection pourra être préféré à la souffrance inhumaine, inhérente au séjour carcéral à l’état actuel des choses, malgré la bonne volonté de l’administration pénitentiaire.

Pire encore, Monsieur le Président de la République, je n’ose même pas imaginer un seul instant ce que serait la capitale si dans ce contexte de terrorisme, les mûrs de cet établissement qui vacillent déjà, venaient à tomber. L’Etat d’urgence même, ne pourrait alors suffire à endiguer la calamité de tant de repris de justice dans la nature.

Et malheureusement, on retrouve cette précarité et cette menace dans quasiment tous les établissements pénitentiaires du pays.

Monsieur le Président de la République, je vous invite, en simple citoyen que je suis, soucieux de la tranquillité publique, avec tout l’attachement républicain qui sied, à faire le tour des prisons pour en avoir une vision plus nette.

L’administration pénitentiaire, qui au quotidien est en contact avec le milieu, pourra certainement vous exposer en détails la précarité des conditions et les manquements du système.

En espérant que la situation carcérale sera élevée en priorité, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments patriotiques.

 

Dakar le 20 septembre 2016

 

Souleymane Soumaré

Commentaires