Gabon: Jean Ping avoue son complot et accuse les étrangers d’avoir voté Ali Bongo

 

Dans un entretien accordé, au journal «Le Monde», Jean Ping reconnaît les écoutes téléphoniques avec Mamadi Diané et parle de stratégie de contestation. Par ailleurs, il accuse sénégalais, maliens et congolais d’avoir voté en faveur d’Ali Bongo.

D’après le 360afrique.com, suites aux accusations du camp Bongo contre Mamadi Diané, Conseiller spécial du président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, c’est autour de Jean Ping en personne d’accuser des ressortissants de certains pays africains d’avoir participé à la fraude au profit d’Ali Bongo. «Nous sommes face à des gens qui trichent en amont. Ils font voter des Congolais, des Sénégalais, des Maliens. Vous voulez que nous n’ayons pas de stratégie pour contrer cette fraude massive ? Nous avons des brigades anti-fraude», souligne Jean Ping dans un entretien accordé au quotidien au "Le Monde".

Des accusations qui risquent de faire tâche d’huile, surtout que le Gabon est un pays accueille un grand nombre de ressortissants d’Afrique de l’Ouest, en particulier, des Sénégalais et Maliens. 

En réalité, beaucoup d'étrangers ont obtenu la nationalité gabonaise. D'ailleurs, dans un débat organisé par Vox Africa et animé par Francis Pantidé, Ali Bongo ne s'est pas gardé de rappeler que si le Gabon n'avait pas accordé la nationalité au père de Jean Ping, il se garderait bien de traiter d'étrangers toutes personnes qui ont également acquis la nationalité gabonaise. 

Selon la même source, en ce qui concerne l’entretien avec Mamadi Diané, Jean Ping ne nie pas son existence et donc la stratégie de contestation des résultats à l’amont. «Vous avez écouté cet enregistrement, non ? Ce monsieur me parle et je réponds seulement «hum, hum, hum». Qu’est-ce qu’il y a de grave là-dedans ? Et s’il y a une stratégie de contestation préparée en amont, où est le problème ? dit Ping.

Commentaires