Sénégal-Carte d’identité biométrique Cedeao: La préfecture de Ziguinchor trop petite pour les demandeurs

 

Par Samsidine NIASSY (Actu24, ZIGUINCHOR) 

Le seul et unique centre de dépôt pour l’obtention de la nouvelle pièce d’identité est à ce jour trop petit pour les nombreux demandeurs. En effet la préfecture de Ziguinchor qui abrite ce centre refuse du monde tous les jours. Ils viennent de tous les départements de la région pour obtenir ce sésame tant recherché par ces temps qui courent. Plusieurs personnes passent la nuit sur place pour pouvoir faire parti des 100 heureux élus du jour.

C’est  le ce samedi 26 novembre 2016 jour ou le troisième âge, les Imams, curés et délégués de quartiers étaient conviés pour la circonstance. Selon Toumboul Sané la soixantaine passée et qui nous vient du village de Toubacouta distant de la commune de Ziguinchor de plus de 10 km, c’est honteux de voir des personnes de notre âge faire la queue comme si nous portons le jeune âge. Nous demandons à l’administration de redoubler d’efforts pour multiplier le nombre de centres de dépôts. Imaginez des vieux de plus 70 ans passent la nuit ici pour pouvoir faire parti d’une vingtaine de personnes qui auront la chance d’être retenues, vous trouvez ça normal se lamente t’il, pourquoi pas des centres dans les autres départements mais, vouloir faire venir tout le monde à Ziguinchor pose problème. Idem pour cette dame qui selon ses dires, a quitté son domicile aux environs de 5 H du matin sans pouvoir se faire identifier et il est midi. Je dois repartir chez moi pour revenir dés lendemain de bonne heure. Je vais devoir patienter car les plus jeunes seront de la partie et ces derniers ne cèdent jamais devant leurs mères voir leurs pères. Justement c’est pour cette raison qu’un  bienfaiteur du Nom de Bouba Bodian vient tous les jours assister ses personnes en leurs donnant de l’eau voir du pain pour les permettre de tenir le coup, une action que les demandeurs de la nouvelle pièce d’identité saluent avec toutes les prières. Du côté des agents du ministère de l’intérieur en charge de la confection de ce nouveau sésame, cette lenteur est du tout simplement à nos outils de travail qui nous posent problème car il arrive des moments où nos appareils nous trahissent et là il faut attendre des minutes pour pouvoir reprendre le travail.

Ce dont nous sommes sûr, si le rythme n’est accéléré, c’est évident qu’il va falloir plus d’un an pour pouvoir satisfaire tout le monde  nous dit Ousmane Djiba venu de son Thionck Essyl natal.

                        

Commentaires