Crise gambienne: Le Mfdc sans nouvelles de son chef Salif Sadio  depuis trois jours

 

Par Samsidine NIASSY (Actu24, ZIGUINCHOR)

Suite à l’abdication de l’homme fort de Kanilaye, le mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC) est sans nouvelle de son chef Salif Sadio qui selon des sources dignes de foi, a disparu dans la nature depuis maintenant trois jours.

Une situation qui risque de paralyser Atika la branche armée du mouvement indépendantiste. Des sources concordantes signalent que Salif Sadio est devenu invisible suite à l’encerclement du village natal de l’ex chef de l’Etat Gambien Yaya Jammeh par les éléments de la Cedeao. Ce dernier dans sa fuite vers la Guinée Equatoriale a laissé derrière lui une situation qui devient de plus en plus compliquée pour Atika. Selon certains observateurs de la situation en Casamance, Salif a dès le début des événements tenté un rapprochement avec César Atoute Badiate qui se trouve du côté de Kassolol sans succès. Ses bases qui sont non loin de Kanilaye étaient dans le viseur de la grande muette c’est pour toutes ces raisons que le commandant en chef de Atika a jugé nécessaire de se cacher et pour l’heure, personne ne sait où il se trouve. Il faudrait peut être rappelé, que le sanctuaire de Kanilaye servait de base de replis pour les nombreuses bandes armées qui avaient pignon sur roue dans cette zone nord de la frontière entre le Sénégal et la Gambie. Quand à la situation qui prévaut actuellement en Gambie, les forces de la Cedeao ont commencé à désarmer  plusieurs soldats gambiens en vue de la refonte de l’armée qui étaient à la solde de l’ex homme fort de Banjul. C’est ainsi que les militaires qui composaient le cantonnement de Katong au sud ouest de la frontière gambienne ont été les premiers à rendre le tablier, idem du côté de Farafégny où la force de la Cedeao a fini elle aussi de sécuriser cette route qui mène au bac qui porte le nom de la dite ville.

C’est dire que la situation devient de plus en plus claire et plusieurs populations qui avaient traversé la frontière pour trouver refuse en Casamance, commencent à regagner leurs domiciles avec beaucoup de joie nous dit Malang Koteh qui avec une famille d’une vingtaine de personnes a plié bagages pour regagner sa ville natale qui n’est autre que Soma sur la trans-gambienne après prés d’une semaine passée à Ziguinchor.

                         

Commentaires